apprendre à s'aimer

Apprendre à s’aimer : un sujet qui peut nos échapper malgré nos honorables efforts.

« Merci Leïla pour cet article mais mais je m’aime déjà, je passe mon chemin »

Hop hop hop pas si vite. Dis-moi : « A quand remonte la dernière fois où tu n’as pas pris les critiques personnellement ? »

Oups, tu t’attendais peut-être à la question plus classique: quelle est la dernière fois que tu as fait quelque chose pour toi ?

c’est raté pour cette fois 😀

Néanmoins, j’avoue que cela fait aussi partie aussi du sujet.

Si la réponse figure dans la liste suivante:

  • « je me juge constamment »
  • « il y a si longtemps que je ne m’en rappelle plus »
  • « j’ai du mal à me pardonner »
  • « rien ne m’atteint (déni sort de ce corps) »

Alors, lis l’article jusqu’au bout.

Pourquoi on ne s’aime pas assez ?

Apprendre à s’aimer n’est pas si simple.

Ce n’est pas facile lorsqu’on a toute notre vie cherché la réponse à l’extérieur de nous.

Les blessures des jugements laissent leurs traces. Il se peut qu’on ait été jugé ou puni à plusieurs reprises. La punition ne se contente pas de clarifier pourquoi l’action qui a été réalisée n’est pas bonne et ne devrait pas être refaite. Souvent, la punition prend la forme d’attaques et de jugements :

  • « Tu es vilain, tu es mauvais »
  • « je ne t’aime plus »
  • « tu es un moins que rien, tu ne vas rien réussir de ta vie »
  • « regarde ta sœur, ton frère, ta cousine, ton copain, ta copine »…

…et j’en passe.

Nous rentrons dans des comparaisons. Ces comparaisons d’abord nous dévalorisent. Ensuite, nous incitent à faire comme les autres, juste pour plaire. Par conséquent, cela nous déconnecte de nous-mêmes.

Malheureusement, cela ne s’arrête pas à l’enfance. Nous baignons constamment dans le jugement et nous faisons l’erreur de nous mettre nous-mêmes dans des cases et d’arrêter de nous aimer:

  • « Je ne suis pas assez beau/belle »
  • « je ne suis pas assez intelligent.e »
  • « je ne suis pas assez efficace »
  • « je ne suis pas assez compétent.e »
  • « je ne suis pas assez drôle »

La liste des « pas assez » peut être très, très longue.

La première étape quand nous apprenons à nous aimer est d’apprendre à ne pas nous juger. Nous résistons à l’envie de nous mettre nous-mêmes dans des cases, nous auto-juger, nous auto-brider. Car, lorsque nous nous jugeons, nous commençons aussi à rejeter des parties de nous-mêmes, comme si on voulait se débarrasser de ce qui fait partie de nous.

Et franchement, c’est l’une des pires choses qui puissent nous arriver.

La bonne nouvelle est que nous pouvons en sortir. Mais, lorsqu’il nous est difficile de nous aimer, il nous est difficile d’être notre propre support. A ce moment-là, il faut chercher du support à l’extérieur.

C’est un support qui peut être transitoire, mais qui, à mon sens, est nécessaire.

Comment apprendre à s’aimer davantage ?

1. Tordre le cou au biais de négativité pour mieux s’aimer

Je vous ai déjà parlé du biais négativité dans le post Comment la conscience nous rend plus heureux. Ceci reste aussi vrai concernant l’image que nous avons de nous-mêmes. Nous percevons souvent plus nos défauts que nos qualités.

Donc, l’un des exercices pour pallier à ce biais de négativité, c’est de davantage penser à nos qualités.

On dit que pour chaque pensée positive, on note plus de trois pensées négative. On va essayer de faire l’inverse aussi :

Pour chaque défaut que vous trouvez en vous, cherchez trois qualités

OK, ce n’est pas un exercice simple, surtout si vous ne l’avez jamais fait mais encore une fois vous pouvez vous faire accompagner sur ça. Persévérez, vous finirez par y arriver.

2. Apprendre à s’aimer en se disant plus souvent je t’aime

J’en avais déjà parlé à l’un de mes igtv sur Instagram il y a plus de deux ans maintenant mais je continue à croire en cette méthode extrêmement efficace :

Se mettre le matin devant son miroir, poser une main sur son cœur et se dire je t’aime, sentir son cœur, battre et glisser un sourire sur son visage est l’un des meilleurs cadeaux qu’on peut se faire. Ensuite, noter les pensées qui arrivent et se dire : je suis OK avec ça.

J’ai raconté une jolie histoire sur l’épisode 4 du podcast : accepter ses imperfections, n’hésitez pas à aller la consulter, cela vous aidera peut-être à être davantage ami avec vous-mêmes.

J’aime aussi beaucoup le livre de Tara Brach : L’acceptation radicale qui parle de comment apprendre à s’accepter et s’accueillir tels que nous sommes

3. Nommer et accepter vos émotions nous aide à nous aimer

Il est scientifiquement prouvé que nommer et accepter nos émotions réduit nos peines.

Je parle ici de toutes les émotions, qu’elles soient joyeuses ou tristes, agréables ou désagréables. Tout cela fait partie de votre expérience. Vous avez le droit d’être triste. Vous avez le droit de vous sentir mal.

Ne rajoutons pas la culpabilité au-dessus de notre peine. Lorsque vous accueillez vos émotions vous créez plus de place Vous n’avez pas besoin de rajouter un jugement dessus, croyez-moi, lorsque vous vous octroyer ce droit, vous créez plus d’espace pour de belles choses et je vous invite aussi à mettre un nom sur votre émotion.

D’ailleurs, je dis vous avez droit de vous sentir mal, mais mal n’est pas une émotion. Il est important de mettre un nom dessus : tristesse ? peur ? colère ? dégoût ? Mettre des mots sur vos émotions est puissant car cela vous apprend à mieux écouter ce qui se passe en vous

4. Apprendre à s’aimer c’est aussi arrêtez de passer en dernier

Et si vous prenez aussi le temps de vous occuper de vous ? Pour faire des choses que vous aimez ?

Allez marcher en forêt si vous aimez ça, allez près de la mer, prenez de l’air frais, sortez vous amuser avec des amis.

Si vous aimez lire, écrire, danser, peindre, vous former, aller au spa, au hammam : faites-le !

On me dit souvent « je n’ai pas le temps », mais même si la journée faisait plus de 24h vous n’aurez pas le temps. Vous savez pourquoi ? Car ce n’est pas un problème de temps, c’est un problème de priorité.

Observez les priorités de votre vie aujourd’hui, est-ce que vous vous dites « je n’ai pas le temps », vous trouvez le temps, vous les faites quand même.

Donc, repensez vos priorités pour que vous faites partie aussi de vos priorités.

5. Investir sur soi pour mieux s’aimer

Il est étonnant de constater combien on peut mettre de temps et d’argent dans des choses qui ne nous apportent rien, des bricoles.

Quand il s’agit d’investir sur nous-mêmes, tout devient cher. C’est comme si notre:

  • propre épanouissement
  • croissance, développement
  • paix intérieure
  • joie au quotidien de pouvoir profiter de ce qu’on ne voyait pas avant
  • développement de capacité à nous détacher de nos ruminations
  • création d’une meilleure vie pour nous …

Ne méritaient pas qu’on y consacre du temps et de l’argent.

Seulement, si nous ne nous sentons pas bien, même si nous payons cher nos voyages, nos activités, nos habits, notre téléphone, rien de tout ça n’aura un impact long terme sur notre bien-être.

Il s’agit encore une fois comme au point 4 d’une histoire de priorité.

Si cet article vous plait alors n’hésitez pas à l’enregistrer sur Pinterest pour le consulter plus tard, à le partager sur les réseaux avec les boutons de partage ou simplement à le transférer à un ami ou à un proche qui a besoin de lire ça. Apportez votre pierre à l’édifice !

Si vous souhaitez continuer à lire des articles sur le thème de la pleine conscience, de la recherche de la paix intérieure et de la sérénité n’hésitez pas à faire le test : vis-tu en pleine conscience ?

Leilalhb

Leilalhb

Leîla est la fondatrice de la Mindful Academy, un organisme qui propose des coachings, formations, séminaires et retraites pour réduire le stress, améliorer le bien-être et préserver la santé mentale. Elle est aussi la créatrice du Podcast Vivre, le podcast qui vous aide à trouver la paix intérieure et la sérénité dans votre vie.

Leave a Reply